La vie est souffrance

« La vie est souffrance : c’est le premier constat que pose le Bouddha », de « Socrate Jésus Bouddha » de Frédéric Lenoir. Dans « Les dépossédés » d’Ursula le Guin, il était déjà question que ce que nous avons tous en commun, puissant ou pauvre, c’est la souffrance. Ce constat du Bouddha n’a pas la même touche pessimiste que dans le roman de SF : « Autrement dit, tout est souffrance, et il est illusoire de vouloir trouver dans la vie un bonheur permanent. Ce constat se veut objectif et lucide. Il ne s’agit pas d’un pessimisme existentiel, mais de la première étape sur la voie de la libération ». La lucidité n’est pas synonyme d’abandon, de renoncement. La recherche d’un extrême, d’un bonheur permanent, est mauvaise en soi, à l’image du matérialisme frénétique de notre époque. C’est comme la longévité : Il faut un équilibre, du bon sens et un point final ; À partir de là, en acceptant sa condition, l’homme peut vivre en paix avec sa conscience ; La mort est seulement le point final, vivons tout le reste, la vie.

« Et le Bouddha de poursuivre son diagnostic : l’origine de la souffrance est la soif. Cette soif insatiable du plaisir des sens et de l’existence même », le constat précédent permet d’aller plus loin, une fois que l’on a tourné la page des tentations inutiles, une fois que la raison prend le pas sur les émotions. Et pour Bouddha, je le rappelle tout ceci est possible par une introspection silencieuse, mettant de côté perception et mental, laissant le raisonnement venir après une longue méditation qui permet d’extraire du plus profond de soi les connaissances qui sont en nous. Quelque part, Socrate disait la même chose puisque, pour lui, les connaissances étaient connues de notre âme avant son incarnation. Il s’agit de retrouver ce savoir. La différence essentielle est que Bouddha donne les moyens pour que quiconque se lance dans la pratique méditative aboutit aux réponses qu’il attend (des questionnements qui correspondent au stade qu’ils ont atteint). Alors que chez Socrate, il y a un maître qui fait accoucher son élève de connaissances qu’il a en lui, voire que seul l’élève connaisse (exemple un maître qui interroge un forgeron très habile pour faire des épées). Socrate forme les maîtres, Bouddha forme toutes les âmes. Tous les deux donnent des clefs.

Bouddha donne aussi des réponses aux allures triviales, mais chaque étape franchit par la pratique de la méditation ouvre de nouvelles perspectives sur ces mêmes réponses : « Mais il affirme aussitôt qu’il existe un remède à la souffrance : ‘C’est  la cessation complète de la soif en la délaissant, en y renonçant, en s’en libérant, en s’en débarrassant’… Il ne s’agit pas de les nier, mais de s’en détacher dans une distance salutaire de soi à soi ». Assez difficile à renoncer aux plaisirs de l’existence pour s’épargner la souffrance. Toutefois, Bouddha est contre l’ascétisme et comme il est pour la voie du milieu, on peut raisonnablement penser que ce moyen ultime est pour ceux qui veulent atteindre l’éveil et, pour les autres, ils peuvent avancer selon leur rythme. Chacun fait ce qu’il peut, c’est ma politique. Je n’aime pas ceux qui haranguent les troupes pour des combats inutiles. Je n’aime pas ceux qui nous forcent à avoir mauvaise conscience. Ceux qui croient nous posséder.

« Soyez des îles pour vous-mêmes, des refuges pour vous-mêmes, et ne cherchez aucun refuge extérieur », évidemment Bouddha parle de la méditation, du retour sur soi, mais j’ose penser que la chose est beaucoup plus complexe que se forcer à s’asseoir et méditer. Nous sommes chacun à des niveaux différents. Je me répète. Et c’est ce que Thay applique. Il est passé du mot ‘préceptes’ au mot ‘entraînements’ à la pleine conscience. Les huit voies justes du Bouddha sont un but qui donne du sens à l’existence. Il est normal de ne pas pouvoir les appréhender toutes en même temps. Par contre, ses enseignements concernent une ou plusieurs d’entre elles. C’est pour cela que les réécouter ne donne pas les mêmes réponses, car on ne se pose plus les mêmes questions. Les enseignements de Bouddha sont à plusieurs dimensions.

8 août 2010

Publicités
Cet article, publié dans Notes, Philosophie, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour La vie est souffrance

  1. bgn9000 dit :

    extrait de http://lacademie.wordpress.com/2010/11/08/pensee-du-08-novembre-10
    >>>>>>
    S’il existe un homme qui prend la vraie mesure de l’ennui de l’existence, c’est peut-être Schopenhauer : « La vie oscille donc, comme un pendule, de droite à gauche, de la souffrance à l’ennui. » André Comte-Sponville a pu écrire que c’est la phrase la plus triste de l’histoire de la philosophie. Le présupposé de cette pensée n’est-il pas que seule la conscience de la primauté de l’Etre consolide durablement l’ouvrage des mains humaines ?
    <<<<<<

    Je n'ai pas une telle vision pessimiste, mais il est indéniable que la souffrance fait partie de notre quotidien. C'est aussi ce que l'on appelle vivre. Imaginez qu'une fois mort, vous auriez la possibilité de voir le monde comme on regarde la télévision, mais sans goûter de choses aussi simples que de se sentir vivant. Je peux vous parier que ces mêmes souffrances qui minent nos vies seraient à la longue enviables. Pour reprendre la citation de Schopenhauer, je pense que la vie oscille entre souffrance et joie. Et si l'on doit retenir quelque chose, je préfère les propos d'Alexandre Jollien.

    • bgn9000 dit :

      Attention ne pas confondre souffrance et bonheur. Ce dernier est un état d’esprit qui consiste à bon escient à jouir des moments de joie et à comprendre que la soufrance fait partie de la vie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s