« Ce qui est vrai n’est jamais réfuté », Socrate

Page 219, du livre de Frédéric Lenoir. Je ne connais pas beaucoup de vérités qui n’ont pas été remises en cause. Alors soit les vérités sont très rares mais cela me paraît curieux quand on considère l’ensemble du savoir possible ou nécessaire pour comprendre un minimum le monde qui nous entoure. Soit les vérités sont trop complexes pour l’homme alors on peut arrêter tout de suite de philosopher, car tout ce que l’on produit est ineptie. Soit il n’existe pas de Vérités, mais des vérités qui apparaissent ici et là et disparaissent à l’instar de toutes choses.

« Car ce qui est vrai se prouve : la vérité est le fruit d’un effort de la raison, d’une certitude rationnelle qui de forge quand un individu accepte de se plonger dans sa nature profonde, de se connaître soi-même », non ce n’est pas Bouddha mais bien encore Socrate. Rappelons-nous l’avant-propos de « La généalogie de la morale » de Nietzsche. Comme il avouait ce constat d’échec de toute compréhension de la morale. On comprend qu’il faisait référence à Socrate. Se comprendre soi-même et les grandes Vérités de la morale, quelles ont été les intentions cachées derrière les convictions intimes ? Justement, je crois que cette compréhension n’a pas été suffisamment outillée comme les enseignements bouddhistes auraient pu le permettre s’ils avaient pu passer le filtre culturel. Socrate était naturellement outillé. Il a montré que la recherche de la vérité est une affaire sérieuse, loin des lieux communs. Mais comme il n’a su se définir lui-même et qu’il est mort trop tôt, avant l’âge de la transmission, de la continuité. Il a laissé ses disciples, de l’époque et des époques qui ont suivi, bien orphelins. Et Nietzsche est arrivé, condamnant bien injustement ces pauvres bougres. Quelle tristesse qu’une vision étroite pour un esprit si vif !

Si je devais, un jour pas si éloigné, énoncer quelques vérités bien méditées et dont la raison aura satisfait pleinement, alors je sais que toutes seront réfutables malgré ces conditions nécessaires. Tiens, je vais m’y essayer de ce pas : à l’image d’une balançoire et de celui qui pousse, la vie si on la repousse, finit inévitablement par nous revenir en pleine figure.

C’est ce que Nietzsche a vécu à la fin de sa vie. Mais ne croyez pas que c’est une accusation, c’est un simple constat. Il n’impose rien, il avertit tout au plus et, de ce fait, s’invalide lui-même.

« Socrate entend mener bataille contre ce relativisme, non pas seulement parce qu’il est futile, mais surtout parce qu’il est nuisible à l’âme. Car considérer toute vérité comme relative revient à renoncer à ce qui constitue pour lui le but de la quête philosophique, à savoir précisément la recherche de la vérité ». Voilà qui me la coupe, page 221. Je ne suis pas un sophiste et leur dénigrement, pervertissant la connaissance qu’ils ont reçue pour des fins de pouvoir. Je comprends les propos de Socrate qui consistaient à mettre le holà sur des jeux un peu puérils, bien qu’utiles, car relativiser est aussi une façon d’exercer son esprit critique. Socrate était face à des adolescents turbulents. C’est toujours une épreuve difficile même si cette activité est bien meilleure qu’aucune activité et qu’elle peut être utile. Bref, le professeur Socrate était mécontent. Telles étaient ses intentions véritables qui ont fondé son intime conviction. Mais je ne suis pas un sophiste. Ils sont tous morts, ceux de son époque. Relativiser ne revient plus à dénigrer ou à se jouer des concepts. Relativiser est une mesure de précaution que l’Histoire nous a enseignée.

Toutefois cela ne m’empêche pas de continuer à rechercher la vérité. Je ne souhaite aucun dogmatisme sur une quelconque idée que j’aurais, qui serait. La vérité est aussi dangereuse que l’ignorance. Imaginez-vous en train de flâner un matin d’août 1945 à Hiroshima…

3 août 2010

Publicités
Cet article, publié dans Notes, Philosophie, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s