Philosophiquement je suis athée, personnellement je suis croyant

Peut-être est-ce la distinction entre le cœur et la raison ? Pourquoi les distinguer d’ailleurs ? Ma raison aime Jésus et Bouddha autant que mon cœur est convaincu qu’il est raisonnable d’y croire. Je parlerai d’intersections multiples qui consolident mes quêtes intérieures même si ma foi vient de ma vie d’enfance et ma raison est une construction d’adulte. Cet enfant est toujours en vie en moi et il sera toujours. Aucun des deux n’a tort ou est plus dans la vérité que l’autre pour moi, car je suis ces deux êtres, ni la somme, ni la multiplication, seulement, indissociablement l’un et l’autre.

Dans « Socrate Jésus Bouddha », Frédéric Lenoir écrit : « La résurrection est au cœur de la foi chrétienne… L’historien ne peut guère se prononcer sur une telle énigme… tous les textes chrétiens anciens en parlent, et cette question ne fait absolument pas débat pour les premiers chrétiens… Trois hypothèses pour l’historien : soit les disciples de Jésus ont menti ; soit ils ont été victimes d’un leurre ou d’une hallucination collective ; soit, enfin, ils disent vrai et ont vraiment vu Jésus ressuscité d’entre les morts, ce qui reste une totale énigme pour la raison humaine » mais un bienfait inégalable pour le cœur. Luc Ferry dans « Apprendre à vie » nous explique la ‘stratégie’ employée envers le cosmos des penseurs grecs. La résurrection est plus qu’un miracle, c’est l’ouverture des portes du ciel, du Paradis, la vie éternelle avec les siens que l’on retrouve. Je ne suis pas trop d’accord que  Jésus nous promettait nécessairement une résurrection des corps, une possession que l’on pourrait garder là haut. Ses apparitions en chair et en os étaient un moyen de donner des preuves de cette transformation. Quoi qu’il en soit, je suis heureux que cela reste un mystère, car ma foi en dépend fortement. Cela me permet de ne pas regretter le passé heureux et de ne pas craindre des futurs plus sombres. Cela rend solide ma sagesse philosophique. En étant provocateur, ma pensée philosophique sans Dieu n’est possible qu’avec Dieu. Et, Jésus comme Bouddha ont su nous donner beaucoup de liberté qui est le fondement de notre recherche de vérité.

1er août 2010

Publicités
Cet article, publié dans Notes, Philosophie, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour Philosophiquement je suis athée, personnellement je suis croyant

  1. Ping : Pensée du 29 octobre 10 « L ' A C A D E M O S

  2. molinia dit :

    J’aime bien votre article mais je ne comprends pas qu’on puisse se dire athée et croyant. Frédéric Lenoir est athée et ne s’en cache pas même s’il connaît et étudie très bien les religions. J’avais beaucoup aimé son livre « Socrate, Jésus, Bouddha » mais dans mon blog, je n’ai pas voulu parlé de Jésus car je suis d’éducation chrétienne, de famille chrétienne mais athée. Je ne voulais pas choquer. Avez-vous lu « Comment Jésus est devenu Dieu » du même auteur ? J’ai bien aimé mais beaucoup, même sur son forum, l’ont critiqué.

    • bgn9000 dit :

      Bonjour, merci pour ton commentaire. Je manque de temps en ce moment et ta remarque est très juste. Cela a un rapport avec les intimes convictions et les certitudes. Mon dernier article en fait référence. Du point de vue intellectuel, tout me pousse à ne pas croire en l’existence d’un être supérieur, mais au fond de moi, le petit garçon ressent la nécessité de conserver cette relation intime.

      • petitelilidumonde dit :

        moi aussi je suis athée et chrétienne : j’aime jésus son histoire et surtout sa parole unique et à la fois bouleversante et subversive. Un jour un homme s’est présenté comme le fils de Dieu et a délivré un message à nul autre pareil « aimez vous les uns les autres …… que celui qui n’a jamais pêché……. Il est mort sur une croix et un miracle s’est produit ; sa parole a traversé les siècles malgré tout même si le christianisme est l’invention d hommes .. ce n’est pas en petit enfant que j’aime Jésus mais en femme qui croit à l’amour à la solidarité à l’humilité au don de soi . » A Jésus gloire force et victoire « 

  3. bgn9000 dit :

    En effet, j’adhere fortement a ces valeurs en tant qu’homme que je suis devenu.
    Toutefois, le petit enfant, dont je fais mention dans mon precedent commentaire, est cet etre qui est en nous (en tout cas en moi) et qui y demeurera toujours, meme apres les annees.
    A cette epoque Jesus etait « Le petit jesus » qui vivait dans mon coeur et qui m’accompagnait partout, qui etait disponible tout le temps. Une relation intime entre lui et moi existait et il n’etait pas question de savoir si je croyais ou pas en son existence. Il etait la comme le monde autour de moi etait aussi la. L’homme que je suis devenu se pose des questions et ces reflexions me poussent a remettre en cause ma croyance. Cependant, je souhaite ne pas me renier, ne pas rejeter l’enfant que je fus et que je suis toujours au fond de moi. Je demeure donc croyant.

    • voronine dit :

      Ne rejetez pas l’enfant qui est en vous . Bien sûr lui aussi est essentiel : il est ce que vous êtes devenu aujourd’hui . Croyez si cela est bon pour vous . j’ai veillé ma soeur mourante et à un certain moment elle qui avait une grande foi s’est mise à douter ; puis sa foi est revenue et elle est morte dans l’espérance de Jésus : j’ai été très heureuse pour elle . je sais que le christianisme est une religion accomplie grâce à la parole de Jésus :  » seigneur dit le centurion romain ; cet homme simple je ne suis pas digne de te recevoir mais dit seulement une parole et le serai guéri » Quelle parole est plus belle que celle du sermon sur la montagne : « Heureux » ou « en avant . Heureux les mendiants de l’esprit .

      • petitelilidumonde dit :

        petitelilidumonde et voronine sont une seule et même personne celle qui est en train d’écrire . j’accueillerai avec plaisir vos commentaires

      • bgn9000 dit :

        Merci pour ton témoignage. Lorsque que je reviendrais à l’écriture après en avoir fini avec mes ambitions technologies, je m’attaquerai au sujet de la fin de l’existence. Il y a beaucoup à dire sur cette crainte et cette motivation de vivre pleinement, une sorte carotte et le bâton. La mort est détestable, la vie est souffrance ; la mort est le repos, la vie est la jouissance.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s