Je ne suis qu’un homme qui fait tourner son cerveau à plein régime

La généralisation est une réduction, la synthèse est le franchissement d’une étape, d’un état de conscience, d’un stade d’évolution. Je suis un être à la pensée synthétique. J’ai conscience des contresens que, là plus qu’ailleurs, on peut laisser. Là plus qu’ailleurs, les positions tranchées sont risquées quoique parfois utiles. Ma pensée n’est donc ni juste ni rationnelle, elle est une pratique de pleine conscience. Je n’exclus ni le doute, ni le soupçon, ni la certitude, ni la confiance, ni la foi.

Je vous raconterais bien une belle histoire, une fable, une vie romancée comme les aiment les gens simples dont je fais partie, qui se vends bien dans les médias. On pourrait dire que je vis depuis quelques années sous les effets de la grâce, que je ne vis que d’eau, de ginkgo et de flocons d’avoine. Ce ne serait pas trop mentir mais réducteur. Je ne suis qu’un homme qui fait tourner son cerveau à plein régime.

1 juin 2010

Publicités
Cet article a été publié dans Notes, Philosophie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s