« Tout est dit, on vient trop tard », dixit La Bruyère

Entendu sur radio classique (la version complète est « Tout est dit, et l’on vient trop tard depuis plus de sept mille ans qu’il y a des hommes et qui pensent »), un invité de Guillaume Durand, un écrivain déclara-t-il dans un grand déballage de références, et il rajouta que « la seule manière d’écrire du nouveau, c’est de s’emparer de son époque ». Parions qu’il ne l’a pas trouvé tout seul. À force de s’emparer de son époque, il en est devenu le perroquet et son roman me fait l’effet de l’éditorial de Paris-Match.

En tout cas l’idée n’est pas mauvaise même si elle n’est pas nouvelle, elle est quand même bien dite. En effet, n’est-ce pas ce à quoi doit s’attacher tout philosophe désireux de faire progresser l’humanité ?

À propos de citation de La Bruyère, j’aime bien celle-ci : « La philosophie, elle nous fait vivre sans une femme ou nous fait supporter celle avec qui nous vivons », il est l’heure d’aller me coucher sinon ça va barder demain matin…

30 mars 2010

Publicités
Cet article, publié dans Littérature, Notes, Philosophie, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour « Tout est dit, on vient trop tard », dixit La Bruyère

  1. Ping : « Le bonheur (comme but) dans la vérité (comme norme) , André Comte-Sponville | «Bgn9000's Blog

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s