« l’intelligence courte croit tout voir, parce qu’elle reste les yeux ouverts ; l’intelligence supérieure consent à fermer les yeux, parce qu’elle aperçoit tout en dedans », Chateaubriand

 »de chrétien zélé que j’avais été, j’étais devenu un esprit fort c’est-à-dire un esprit faible. Ce changement, dans mes opinions religieuses, s’était opéré par la lecture des livres philosophiques. Je croyais, de bonne foi, qu’un esprit religieux était paralysé d’un côté, qu’il y avait des vérités qui ne pouvaient arriver jusqu’à lui, tout supérieur qu’il put être d’ailleurs… je supposais dans l’esprit religieux cette absence d’une faculté, qui se trouve précisément dans l’esprit philosophique ; l’intelligence courte croit tout voir, parce qu’elle reste les yeux ouverts ; l’intelligence supérieure consent à fermer les yeux, parce qu’elle aperçoit tout en dedans. », livre cinquième, chapitre 15 des « Mémoires d’outre-tombe » de Chateaubriand.

Rien n’est vraiment bon s’il n’est pratiqué avec discernement, c’est-à-dire avec justesse et équilibre. Comme je l’ai déjà cité, Thay a dit que se surestimer est un défaut, se sous-estimer en est un autre, mais s’estimer à sa juste valeur n’est pas mieux. On dirait bien que Chateaubriand avait quelques notions bouddhistes. Rappelons-nous à ce sujet que nous sommes, par essence, une composition de tout ce qui nous entoure et de tout ce qui nous a précédés. En fermant ses yeux, Chateaubriand trouva bien plus que toutes ses lectures et ses voyages. Bien sûr, ces lectures et ces voyages furent nécessaires au jeune Chateaubriand. Rien n’est fondamentalement mauvais, et surtout pas nos erreurs. D’ailleurs, les réseaux de neurones reproduisant les schémas d’apprentissage humains utilisent les erreurs. C’est ainsi que l’on apprend dans ces modèles mathématiques du cerveau humain. Je serais tenté de penser que c’est aussi ainsi que l’on apprend le mieux. En tout cas, ce n’est pas parce que l’on croit en quelque chose qui nous transcende, que l’on est incapable de reconnaître ce qui est immanent à la nature humaine et au monde qui nous entoure.

Publicités
Cet article, publié dans Littérature, Notes, Philosophie, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s