»dans l’éclaircie de l’Idée, la vie devient tout autre chose que la survie », Alain Badiou

 »Illumination qui porte la philosophie bien au-delà de la figure de l’homme et de ses ‘droits’, bien au-delà de tout moralisme, là où, dans l’éclaircie de l’Idée, la vie devient tout autre chose que la survie », Alain Badiou.

Ma grand-mère maternelle, qui représente tout pour moi, au grand dam de mes parents mais être parent c’est comme en écriture quelque chose qui n’attend point de retour sur investissement, quelque chose de bien au-delà, d’inattendu parfois, d’inaccessible sans, pour la postérité, la continuité, l’immortalité. Ma grand-mère maternelle, disais-je, avait pris le nom de Badiou en épousant mon grand-père mort bien avant ma naissance, comme mon grand-père paternel, laissant mes parents à demi orphelins en pleine adolescence. C’est la raison pour laquelle j’ai acheté  »Le second manifeste de la philosophie » d’Alain Badiou.

Ce n’est qu’ensuite que j’ai ce que j’ai cité plus haut sur la quatrième de couverture. En effet ce qui distingue la poule de l’homme c’est que le second est philosophe. On ne négligera pas la beauté de l’œuf mais ce que produit la pensée humaine est bien au-delà. La vie est une merveille dans l’univers qui semble-t-il en est beaucoup dépourvu si l’on considère notre solitude en tant qu’espèce intelligente et notre planète porteuse de vie. Mais cette vie n’est que survie. Elle va au-delà avec la pensée. La pensée scientifique est intermédiaire entre survie et vie intelligente. Bien qu’aucun animal n’est développé de pensée scientifique, il est possible que cela existe. La philosophie transcende la science l’intégrant dans un nouvel ordre moral, de nouveaux usages. Elle s’en nourrit comme mon écriture se nourrit de mon statut de père et de mon travail d’informaticien. Mais la pensée philosophique peut évoluer sans pensée scientifique bien que je trouve cela dommage, comme un plat sans sel. Il ne faut pas trop abuser de sel. Vivre en accord avec soi-même et donner au monde nos impressions, notre contribution, en toute modestie.

Nous sommes en tout temps les témoins de notre époque. Chateaubriand fut le témoin de la fin de la féodalité, des pires heures de la révolution et le retour à un état normal.

D’autres comme Alain et Sartre ont été témoins d’événements graves comme les guerres. Mais rien n’arrive par hasard et de manière spontanée, une lente dégradation a concouru au déclenchement de ces événements graves. C’est un aspect important pour moi ; Le héro inconnu qui sauve le monde d’une menace future. Il s’agit pour moi du rôle important de la philosophie : l’anticipation.

Publicités
Cet article, publié dans Notes, Philosophie, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s