« La valeur est une notion indéfinissable », Albert Jacquard

« La valeur est une notion indéfinissable », dit Albert Jacquard sur Radio Classique. Tandis que sur BFM, des experts en pagaille se chamaillent sur les bonus des traders et des dirigeants, dans un brouhaha d’idées, qui ne sont finalement que des opinions donc en constante évolution, car la situation n’est pas encore assez digérée. De même que de bons modèles mathématiques donnent en informatique les meilleurs programmes, le bon modèle philosophique devrait sous-tendre la meilleure organisation sociétale.

Mais revenons à Albert Jacquard qui a ravi mon trajet du matin et sa phrase qui découle de soixante années de jachère, du temps de ses études, d’un professeur Prix Nobel d’économie que je pense avoir compris qu’il était Français.

Je cite un collègue de travail qui disait à une réunion d’équipe que si vous voulez connaître l’heure qu’il est, il ne faut surtout pas la demander à deux personnes en même temps. Aucune des deux montres n’étant sûrement pas synchronisées à l’heure universelle et quand bien même les deux personnes ne la liront pas au même instant. Je dis à mon tour sur le ton de l’ironie que pour connaître l’état courant de l’économie mondiale il ne faut non seulement surtout pas le demander à deux experts, à deux économistes, mais aussi surtout pas poser cette question même à un seul, surtout s’il a des accointances politiques, en clair des arrière-pensées. Pour reprendre l’exemple de l’heure qu’il est, l’expert tergiversera autour de l’outil de mesure voire de la pertinence de la question, tandis que le politique cherchera à savoir qu’elle est la réponse que vous attendez et s’il se trompe, il mettra en cause les experts, les horlogers.

Alors cette valeur me diriez-vous ? Qu’est-ce que le beau ou l’utile ? je vous répondrais. Comment définit-on la valeur de quelque chose si ce n’est en la trouvant auprès d’un consensus d’experts qui trouvent leurs sources dans les faits, des faits passés ou historiques. Et quand la situation change fondamentalement ? Que devient cette base de connaissances si ce n’est quelque chose d’obsolète. Que devient votre valeur ? On parle d’actifs pourris ou plutôt d’actifs historiques. C’est tout dire de la pertinence des analyses passées, tout juste à mettre au niveau des promesses. Et ne dit-on pas qu’elles n’engagent que seuls ceux qui y croient…

Publicités
Cet article, publié dans Notes, Philosophie, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s