»Le but c’est l’enfant du temps linéaire », Pierre Bordage dans  »L’Évangile du Serpent »

Avoir un objectif c’est d’abord regarder en arrière (ce que l’on n’a jamais eu, jamais réussi à avoir) puis se projeter vers l’avant, le sens de la marche du temps, l’avenir, oubliant le moment présent, oubliant les cycles de la vie (marées, diurne et nocturne, saisons, générations) pour mettre à plat son existence à l’instar d’une carte du monde et de tout ce qui ne se résout pas en une, deux voire trois dimensions.

Page 302 :  »Le rêve de ceux qui pensent que la mort est une fin. Le paradis de ceux qui refusent de raisonner en cycles. Le résultat de la vision d’un temps linéaire, unidirectionnel. »

Si avoir un objectif peut mener à écarter le moment présent donc la vie de son existence. S’accrocher à l’existence peut aussi mener à se créer des objectifs, à se leurrer soi-même, à vivre dans la virtualité d’un monde maîtrisé, dompté, sans cycle. Les objectifs peuvent être la cause et la conséquence des mauvaises directions prises dans notre vie. Les mener à bien c’est d’abord les oublier, pour se retrouver soi-même à chaque instant.

Une autre forme de but plus ultime et partagé par un grand nombre de personnes, l’idéal : Pierre Bordage alerte les dangers de tels objectifs  »Nous pouvons tous succomber à l’appel des grands idéaux, nous pouvons tous plonger dans les gouffres qui se creusent entre la réalité et le fantasme. Jamais l’être humain ne se montre aussi destructeur que lorsqu’il agite le spectre des lendemains enchanteurs. »

Très belle phrase. Il n’y a pas eu que la dérive nazie, la révolution française a fait sa part de victimes. Certes moins systématique et moins raciale mais tout aussi barbare alors que ceux qui résonnent en cycles auraient compris que ce qui semble vrai, formidable, indiscutable, un jour ce sera une idée, un idéal bien moins primordial, urgent. À la fin de la monarchie, la liberté, l’égalité et la fraternité qui sont des choses merveilleuses semblaient aussi urgentes à mettre en place et surtout fragile. Du coup la violence a été le seul recours envisagé à l’image de la violence employée par la monarchie qui était dans le déclin. La compréhension de ces cycles aurait sauvé beaucoup de gens.

Pierre Bordage enfonce le clou avec les grandes réalisations humaines, preuve de la vanité des hommes qui exploite d’autres hommes pour bien se faire voir de Dieu quitte à détruire, à abîmer, son œuvre :  »Cette cathédrale est, comme toutes les autres, un hymne à la gloire des hommes, une affirmation de leur puissance. Ou de leur sentiment de puissance. S’ils avaient vraiment voulu rendre hommage à leur Créateur, ils auraient découvert une cathédrale en chaque arbre, en chaque buisson, en chaque brin d’herbe, en chaque animal, en chaque être humain. »

Bien sûr cela a quelque chose de castrateur, de démotivant. Je ne vois pas en train de dire à mes fils que leur père a déjà tout fait, tout pensé, tout réalisé. Que, désormais, il leur suffit de méditer sur mes notes en oubliant leurs propres pensées. Bien sûr, ce serait si simple qu’ils continuent l’œuvre de leur père. Mais cette œuvre ne saurait être figée, c’est une prémisse, une genèse de la pensée non unique, non homologuée, non orientée. La vérité n’est pas ailleurs, elle est en toute chose, toute idée, tout être, elle est changeante et versatile. La vérité est aussi dans l’erreur, dans son contraire, dans la voie médiane, dans le compromis.

On agite souvent la vérité comme un spectre, l’allié du passé et de la misère humaine. Afin de formater les cerveaux : « L’objectivité, c’est la méthode qu’utilise le système pour fabriquer de bons petits soldats, des cerveaux creux, de simples exécutants. Je préfère, et de loin, les notions de lucidité et, éventuellement, d’engagement… Je préfère de loin les cyniques aux idéalistes. Les cyniques ont un minimum de recul sur les événements, appelons ça une certaine marge de sagesse. On ne peut pas transiger avec les idéalistes. »

Publicités
Cet article, publié dans Littérature, Notes, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s